Les vacances de Mademoiselle SO

14 décembre 2009

Pérou

...ou le code des chapeaux

A Lima c'est la casquette! capitale oblige...

De manière plus traditionnelle, dans la région de Colca, les femmes portent un chapeau avec une ou deux roses cousues de côté selon qu'elles soient célibataires ou mariées...

A Puno, c'est le chapeau melon qui prédomine, et ce sont toujours les péruviennes qui le portent, la gente masculine ne le trouvant pas suffisamment... à leur avantage...

Sur l'ile de Taquilé, les hommes portent des bonnets à pompons pour indiquer leur position sociale...

Et le bonnet péruvien? On le croise au Machu picchu sur la tête des touristes:) ...

Posté par mademoiselleso à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 novembre 2009

Bientôt...

Un billet sur l'Inde est en préparation...

Posté par mademoiselleso à 20:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 septembre 2009

Petite anecdote

Cette semaine je suis allée prendre un café un matin, pas très loin du marché. En face de moi, une dame d'un certain âge attendait, là, assise. Elle a été très vite rejoint par 3 amies.

Je n'ai pas pu m'empêcher d'écouter la conversation; c'était fabuleux de voir ses "petites mamies" se retrouver pour le café, refaire le monde, se complimenter sur leur dernière coupe de cheveux, prendre des nouvelles d'un mari ou de l'autre, surenchérir sur l'activité professionnelles de leurs petites filles adulées et s'émerveiller de leur mariage, demander l'avis du "chapeau ou pas chapeau" pour le mariage d'une nièce, converser sur la chaleur du mois d'aout ...

Et puis j'ai retenu une phrase que j'ai trouvée vraiment adorable et charmante dans la bouche d'une petite dame, visiblement toujours dans l'air du temps:

"quand on est jeune on se fait belle pour plaire, et quand on est vieille on se fait belle pour ne pas déplaire" 

Posté par mademoiselleso à 22:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 août 2009

Sans précédent

Comment qualifie t-on le fait de rester chez soi à attendre la rentrée scolaire? Psychologiquement, je ne peux  m'autoriser à dire ou même à penser que je passe des "vacances" à la maison. Le mot vacances rime avec passeport, avion, sac, appareil photo, bout du monde...bon d'accord ça rime aussi parfois avec famille, plage et farniente.

Se lever le lundi matin en sachant que je n'allais plus travailler, que j'allais désormais évoluer sans "cadre professionnel" bien délimité pendant un certain temps, a été digne d'une épreuve de force, à en croire que j'étais "travailleur addict".

Mon rituel matinal a pris un sacré coup: je rate l'ouverture du journal d'Aymeric Caron, mais je découvre la suite des chroniques, je troque mon ex café du matin, signe de mise sous pression, contre un thé vert, et j'ai relégué au placard les biscuits petit dej que j'avalais plus que vite fait! Je réapprends donc les vertus du vrai petit déjeuner. L'activité quotidienne elle aussi est bien différente; je la qualifierais même d'insouciante.

La semaine touche tout doucement à sa fin et je ne l'ai pas vu passer. Aie le syndrome de "je ne travaille pas et je suis débordée" qui m'a toujours révulsé au plus haut point. Un peu de golf, un peu de piscine, un tour chez ikea, une soirée par ci par la; c'est si facile de noircir l'agenda!

En tout état de cause, je découvre à mon insu un nouveau type de vacances.

Oserais-je avouer que c'est bon de prendre le temps de vivre?

Oui c'est vrai ...mais juste un moment ...j'ai quand même hâte de retrouver mon fameux "cadre" qui me sécurise tant!

Posté par mademoiselleso à 10:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 août 2009

Etape importante

Ca y est c'est l'heure; l'heure des vacances, l'heure de rendre mon tablier, l'heure de passer à autre chose.

Vendredi midi je quitterai mon job, définitivement. Est ce qu'un jour je ré exercerai ce métier? Je n'en sais rigoureusement rien. Optométriste en France s'apparente un peu à la gale, nous sommes à peine tolérés, parfois même persona non grata! Surtout ne jamais nous appeler optométristes mais plutôt  assistants d'ophtalmos. Une fois le côté technique dépassé, nous sommes confinés dans un rôle humain bien particulier et peu enviable: entretenir l'égo surdimensionné des médecins et accepter leurs brimades pour pouvoir toujours  entretenir un rapport hiérarchique...et tout ça avec le sourire évidemment!

Je laisse donc bien volontiers ma place à quelqu'un d'autre; j'ai très envie d'avoir à nouveau le droit de penser...

Et pourtant il y a tout un pan de mon métier qui me manquera terriblement: la relation aux patients, ces instants, souvent trop court, ou ils se livraient dans mes 9M2, et laissaient transparaitre un bout de leur intimité, parfois magique, drôle, parfois moins. C'est comme ça que je me suis retrouvée en face d'un petit monsieur d'origine espagnole, adorable, qui me racontait sa vie, ses affaires et j'ai été surprise de l'avoir là en chair et en os, lui dont j'ignorais encore quelques minutes auparavant qu'il était le fondateur d'une marque de ski... 

En 4 ans j'ai côtoyé des gens de tous horizons: de niveaux sociaux très différents, de couleurs, de langues d'éducations différentes; Je suis passée du " ah surtout ne vieillissez pas vous savez c'est pas bon de prendre de l'âge", qui me faisait sourire voire m'agaçait, aux personnes épuisées de vivre, qui me tordaient les tripes de douleur et qui me redonnaient instantanément la définition des mots vie/santé.

Aujourd'hui je me retrouve à devoir faire un nouveau puzzle...mais dans la boite il n'y a pas le modèle...

Posté par mademoiselleso à 13:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]


31 juillet 2009

Cambodge

On ne choisit pas son métier par hasard, on ne choisit pas non plus son voyage par hasard. J'ignore toujours  pourquoi, un beau matin, j'ai posé le doigt sur cette destination!

Le Cambodge: c'est une histoire d'hommes bien évidemment, de paysages mais aussi une histoire de pierres et de visages.

Il a fallu appréhender la culture bouddhiste et hindouiste en un temps record... et vu mon niveau en la matière ... le mahayana et le hinayana, l'eau lustrale... j'avoue avoir vécu de grands moments de solitude "plus jamais je ne partirai sans avoir rien potassé!"

Au bout du troisième temple j'ai  commencé à être au parfum et à comprendre un peu de quoi il retournait. J'avoue, un peu honteusement, m'être retrouvée dans le Ta Prohm, avec une multitude de gens émerveillée, à me demander sur quoi il fallait exactement s'extasier !

Contrairement à toute attente ce n'est pas Angkor Vat qui m'a laissé le plus pantois, mais sûrement le Bayon ou encore le Baphuon.

le Bayon: temple bouddhiste du XIII ème siècle dédié au dieu indra; mon coup de coeur. J'ai adoré me perdre dans les "couloirs du temple", tomber nez à nez avec des moines en toges jaunes, pourpres orangées, et ces tours à 4 visages... impressionnantes, majestueuses, une pure merveille. Il y règne une atmosphère de sérénité toute particulière.

Le Baphuon, du XI ème siècle,  représente le mont Méru (montagne mythique considérée comme l'axe du monde dans la mythologie hindoue au dessus les cieux, en dessus l'enfer et tout autour le monde visible). Il est en rénovation depuis plus d'un demi siècle, par anastylose et maintenant même en retaillant des pierres, car les plans de reconstructions ont été détruit par les khmères rouges. Du coup la dichotomie noir blanc, ancien nouveau  donne un côté assez particulier à ce temple. Je me perds à imaginer un défilé haute couture sur cette longue allée qui mène au temple, avec un jeux pyrotechnique qui embrase ces vieilles pierres.

Et puis il y a les moments où l'on perd pied: une nuit dans un village lacustre, sur le lac Tonle Sap, en période sèche.

En débarquant dans le village, une petite fille nous accoste avec du "one dollar please". Visiblement nous ne sommes pas les premiers à passer par là, à venir scruter l'indigence de cet endroit ! Je suis déjà très mal à l'aise. Les enfants sont plus agressifs, les visages plus triste  et fermés que d'habitude, certains sont sous les maisons en pilotis à faire sécher des crevettes, d'autres sont assis sur leurs marches d'escaliers ultra verticales et hautes, et brusquement je prends conscience que 6 mois par an pendant la période humide il ne peuvent  marcher dans ce village; Le seul mode de déplacement sera la barque... pendant 6 mois le seul endroit ou ils pourront se tenir debout c'est à l'intérieur de  leur maison...J'ai la gorge nouée je voudrais partir en courant, mais il faudra passer la nuit ici, dans la plus belle maison du village, à côté du seul puits...

Dans un tout autre style: le nord du Cambodge à la frontière thaïlandaise, accessible uniquement par une piste complètement défoncée, jonchée de tentes de démineurs. A chaque arrêt les recommandations sont similaires: ne surtout pas s'éloigner car la zone est encore criblée de mines antipersonnelles. Gloups!

Arrivée en plein far ouest dans un village du bout du monde constitué que d'une seule rue un bar un "hôtel" et quelques habitations. Nous sommes en période de fêtes du nouvel an; les hommes cuvent dans les hamacs, les enfants jouent avec des pneus, et aux fourneaux???? Les femmes bien évidemment. Nous avons passe 2 h accolés au bar à regarder la vie défiler devant nous sans vraiment pouvoir y participer et avec une notion d'irréalisme absolue.

L'hôtel! On aurait dit un hôtel de passe avec des petits rideaux à froufrou roses, insalubre au possible; On aurait préféré planter une tente dehors mais on nous l'a déconseillé, la sécurité faisant furieusement défaut...

Et puis il y a 2 temples plus connus pour la petite histoire: Beng melea, le temple khmer où a été tourné le film les deux frères; On y passe volontiers un moment. Il reste encore les ossatures en bois du tournage qui facilitent l'accès. Et Bantea Srey où la citadelle des femmes, constitué de bibliothèques finement sculptées dans un grès rose. André Malraux était un homme de goût puisqu'il y déroba un linteau avant de se faire pincer...

En rentrant je n'avais qu'une envie: repartir mais sur une destination moins chargée d'histoire, plus légère, quelque choses comme les Seychelles, par exemple ... 6 mois plus tard je suis partie au Vietnam... :)

Posté par mademoiselleso à 16:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 juillet 2009

Jazz manouche à Thonon les bains

Le festival de Montjoux  reçoit cette année Thomas Dutronc.

A priori on se dit: mmmmouai il a bien la voix de son père un peu la même gueule aussi, mais pourquoi pas.

Fin de la première partie, la scène vue sur le lac au couché du soleil, donne le ton. On s'attendait à quelque chose de gentillais, grossière erreur!

C'est un mini Django Reinhardt avec guitaristes, batteur et un violoniste complètement hallucinant, une mise en scène simple, ludique, un rien ambiance fête de village et des medley à se rouler par terre.

Evidemment l'album après ça semble un rien pâle, mais pourtant j'adopte.

Le week end se termine aux bains thermales de Lavey avec piscines, bains bouillonnants, hammam, sauna... franchement elle est pas belle la vie!?

Posté par mademoiselleso à 21:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 juillet 2009

Histoire de pigeons voyageurs

Un pif paf à Méribel, jour de fête nationale, pour embrasser ma "famille" belge d'adoption qui passe le mois de juillet là haut.

A table je me suis retrouvée à côté d'un parfait inconnu, colombophile... Il se fiche complètement de moi, ça ne fait pas l'ombre d'un doute. Je poursuis et approfondis la conversation, des fois, si c'était vraiment un éleveur de pigeons voyageurs!

Et bien oui! S'en est un vrai de vrai, il ne pipote pas du tout!!!!!!

Le temps d'un repas je suis passée de l'état de novice à initiée en la matière; j'ai survolée l'origine de cette pratique, l'élevage des pigeons et leur sélection, la durée de vie de "La Bête"...

Fallait il encore le savoir, la force d'un pigeon est de toujours revenir à son pigeonnier, et les techniques de "coaching"  sont diverses et variées:

-agiter la femelle de monsieur sous son nez et la lui enlever juste avant le départ de la course!

-faire concourir une femelle alors qu’elle couve ses petits !

Ignobles stratagèmes pour rentrer au plus vite à la maison, non ?

Posté par mademoiselleso à 13:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2009

28 heures à Paris

Entrée:

le Trocadéro, les danceurs de Hip Hop, et les inmanquables "enterrements de vie de garcons" (saison oblige)

Plat:

"Pourquoi les hommes n'écoutent jamais rien ... et les femmes ne savent pas lire les cartes routières."

                                           http://www.bztetcie.fr/

Déssert:

"Le grand monde d'Andy Warhol"

http://www.rmn.fr/Le-grand-monde-d-Andy-Warhol

                                        

Posté par mademoiselleso à 20:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2009

Week end à Rome

Rome c'est bien evidemment la fontaine de Trevi, la Piazza di Spagna, le Colisée, le Vatican, la Piazza Navona, le Pantheon, la villa Médicis...

et en week end c'est aussi:

Manger une glace devant la fontaine de Trévi en se demandant pourquoi tout le monde jette sa piece et surtout tient tant à immortaliser cet instant

S'extasier devant les peintures de Raphaël et être un peu déçue par la chapelle Sixtine

Madame, de mariage, dans sa tenue léopard qui flirte avec un mauvais gout certain

Découvrir le Pantheon et ne plus vraiment savoir à quel siècle nous appartenons... mais c'etait après avoir gouté le vin de la maison...

Quant à la chaussure italienne c'est une véritable tuerie; j'en ai juste ramené 2 paires:)

Posté par mademoiselleso à 21:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]